civilisation humaniste (article sur la vivisection)

Articles, questions sur les animaux.

civilisation humaniste (article sur la vivisection)

Messagepar darkveganvixen » Ven Fév 17, 2012 21:26:25

Civilisation humaniste
Samir Mejri
Samir Mejri fut recruté comme animalier par un laboratoire pharmaceutique en 1988. Il démissionna quelques mois plus tard, profondément choqué par l'atrocité des expériences pratiquées sur les animaux et par l'indifférence, voire le sadisme, du personnel du laboratoire. Il a écrit Victimes silencieuses pour témoigner de ce qu'il avait vu.*
Gerbilles, occlusion de carotide1

Avec une rapidité et une précision étonnante, Mlle Dupont rentre sa main dans une caisse, en sort un gerbille qu'elle tient par le cou, le pose sur la balance électronique bien incapable de donner un chiffre stable car le gerbille ne cesse de se débattre, ses petites pattes glissant sur le plateau en aluminium. (...)

Après les quelques secondes passées sur la balance, la technicienne, sans relâcher son étreinte, pose le gerbille sur la paillasse et le plaque sur le dos. De peur, ou bien du fait que la technicienne appuie trop fort avec son autre main sur son ventre, le gerbille se pisse dessus. En un éclair, l'animal reçoit sa dose d'anesthésique, là où c'est possible. Pendant ce temps Mme Tristaut scotche sans ménagement les petites pattes. Je vois se reproduire l'opération une centaine de fois. (...)

Mlle Dupont revient alors au premier de la file qui est loin d'être endormi, (...) braque, ensuite, une lampe forte sur le premier gerbille et tout en maintenant sa petite tête plaquée en arrière, elle fait une entaille avec le scalpel à hauteur du larynx. L'incision du scalpel arrache des petits cris de douleur au gerbille, qui ne se doute pas que son calvaire ne fait que commencer.

Elle écarte avec une pince la chair déjà entaillée permettant à la lame de s'enfoncer plus profondément, jusqu'à la dénudation des artères carotides. (...) Elle remplace son scalpel par une autre pince qui lui permet de crocheter les carotides et de les tirer vers elle légèrement, la moindre précipitation risquant d'aboutir à leur éclatement. Puis elle glisse sous les artères un gros fil chirurgical permettant de maintenir les carotides hors de l'orifice qu'elle attache à la manière d'un « noeud papillon ». (...) Elle passe au suivant. Une centaine d'autres subissent le même calvaire, une dizaine mourront. (...) Il faudra que le premier attende que la technicienne ait fini de s'occuper de ses confrères. Puis, elle leur injecte les produits dont je vous ai parlé plus haut, et elle clampe2 les artères carotides à l'aide de petites pinces. Le temps leur est alors compté, car il faut pourvoir clamper toutes les gerbilles en moins de dix minutes, temps imparti pour revenir déclamper et procéder à une autre injection. Tout se fait à cadence accélérée. La scène n'en est que plus impressionnante.

A ce stade là, la majorité des animaux sont, soit morts, soit dans un coma irréversible. (...)

Avec moins de soin que si elle épluchait des oignons, Mme Tristaut, cigarette à la bouche, découpe les minuscules têtes pour en extraire le cerveau qui sera pilé dans le mortier électrique. Après centrifugation de la bouillie obtenue et grâce au marquage préalable de P.A.F. par des substances radioactives, on réussit à en déduire sur quel type de cellule cérébrale le P.A.F. ou son antagoniste le BL13196 est le plus actif.

Pour les gerbilles dont le malheur est d'avoir survécu, on enlève le fil maintenant les carotides à l'extérieur, puis on referme l'entaille dans le cou avec des agrafes chirurgicales. On les « jette » ensuite dans une espèce de cage vitrée, afin de pouvoir les observer et faire des études comportementales. Ces pauvres gerbilles offrent un bien triste spectacle, leur cerveau partiellement détruit à cause de l'arrêt de la circulation, ils s'agitent comme des pantins désarticulés dans des mouvements désordonnés et violents, ou bien se traînent lamentablement une, ou plusieurs parties du corps, paralysées.

Une gerbille est soudainement prise par une de ces crises. Comme si son petit corps était possédé, elle se met à s'agiter par saccades, si violemment que les agrafes, maintenant l'entaille dans son cou fermée, se détachent, provoquant une hémorragie. Le sang jaillit aussitôt de l'orifice arrosant les vitres de sa cage comme si une explosion venait de se produire.

à la fin de la manip, et après avoir vu tout ce sang gicler, je suis comme groggy par tant de souffrance. À plusieurs reprises j'ai fermé les yeux, je me suis crispé en entendant les cris des gerbilles. Sans qu'elles se moquent franchement de moi, j'ai surpris Mlle Dupont et Mme Tristaut échanger des regards qui ne prêtaient guère à confusion, ma sensibilité est considérée par elles comme de la sensiblerie. (...)

- Ils tombent rapidement dans le coma, quand tu les vois bouger, ce ne sont que des spasmes nerveux. Ils ne sont plus conscients de rien.

Je n'en sais trop rien, et je me force à oublier cette vision d'horreur le plus vite possible, je ne veux pas non plus que l'on me prenne pour une fillette. (...)

Un après-midi, alors que je reviens d'une « pause » prolongée, j'entends des éclats de rires dans mon labo, en entrant, je vois Mme Tristaut et Mme Rey (celle qui travaillait avant dans une fabrique de yaourts), en train de singer les « débiles ». Mme Tristaut avance la bouche de travers en louchant, les bras recroquevillés et en trainant une jambe. Mme Rey rit à en pleurer. Je suis décontenancé de voir Mme Tristaut faire le pitre comme cela. Mon sourire se fige lorsque je m'aperçois qu'elles miment les paralysies des gerbilles qu'elles viennent juste de déclamper et qui sont toujours vivantes, mais paralysées, prises de convulsions, ayant toutes les peines du monde à redresser leur petite tête qui tombe en arrière ou sur le côté.
Rats, prélèvement de sang3

En entrant dans un labo, j'assiste également au prélèvement de sang sur les rats. Ce type de prélèvement est très facile et rapide, c'est pourquoi il est très utilisé. Pas besoin comme dans le cas des lapins de perdre du temps à immobiliser l'animal dans un appareil de contention. Non, il suffit de le maintenir fermement dans votre main. Plus la peine non plus de faire une intra-veineuse, il suffit de glisser une fine pipette dans le bord interne de l'oeil et de ponctionner un réseau veineux se trouvant en arrière pour recueillir du sang ; si le rat bouge trop le technicien lui crève l'oeil, « heureusement il y en a deux » me dit-on en rigolant. Si après avoir crevé un oeil, vous crevez l'autre, il suffit de balancer le rat inutilisable à la poubelle. La note de service sur les nécessités d'économie de « matériel » n'incite pas pour autant ces « plaisantins » à un travail soigné, je les ai vu faire, pour tout vous dire : ils s'en foutent. Le rat, lui, voit cette tige au bout tranchant pénétrer dans son orbite. Il agite bien ses petites pattes avec frénésie mais rapidement tétanisé par la douleur il reste sans bouger. Le technicien y voit là la prenve que le prélèvement est indolore :

- Tu vois, ne te chagrine pas pour eux, ils ne sentent rien.

Chiens, alimentation4

(...) les chiens, le ventre vide depuis deux ou trois jours, se disputent férocement les biscuits moisis, qui tombent dans les flaques d'urine qui ne sèchent jamais sur le carrelage, faute d'aération et de la promiscuité dans laquelle vivent les chiens. Les plus gros engloutissent immédiatement les miettes de nourriture que l'on daigne leur donner, pour les autres, ils se contenteront de lécher les restes collés au carrelage. (...)

- Regarde ces porcs, ils se battent pour de la merde !

- Lequel des deux aura le droit de la bouffer, dit Farid tout excité ?

Stéphane ricane comme un gosse de cinq ans :

- J'te parie un café sur le noir.

Le raffut fait par les aboiements et les grognements des combats rameute les techniciens du labo d'à côté, qui se bousculent avec enthousiasme pour voir ce qu'il se passe.

C'en est trop. Je me fraie un passage entre les blouses blanches et je me risque à séparer les deux chiens qui, ivres de faim et de douleur, commençaient sérieusement à s'esquinter. Je n'eus pourtant pas de mal, en me voyant arriver avec ma blouse blanche, les deux belligérants retrouvent vite leur expression de soumission et le vacarme fait place à des gémissements, les chiens se camouflant les uns sous les autres dans l'angle opposé. Lorsque je me retourne, je me retrouve face à une dizaine de personnes me reprochant mon attitude de « trouble-fête ». Rapidement la sécurité du nombre les pousse à sortir de leur réserve :

- Tu n'as rien à foutre ici, connard.

- Ouais, c'est pas ton labo ici, alors casse toi.

- Tu nous fais ch... avec tes sentiments de bonne soeur.

- Fallait aller à la S.P.A., quand tu cherchais du travail... etc. etc.

(...) Je suis sûr que s'ils avaient pu le faire, ils m'auraient enfermé moi aussi dans cette pièce noire, pendant une fraction de seconde j'ai l'impression de basculer dans le camp des expérimentés, de ceux que l'on considère comme du matériel.
Lapin et cobayes, manipulations5

(...) je reconnais le bruit mat que fait la tête du lapin en se fracassant contre l'évier. J'entends le corps du lapin tomber à terre et s'agiter par des convulsions, tandis que les deux animaliers se tordent de rire, du rire forcé et sadique des vrais abrutis. Lorsque je me décide enfin à me retourner, Stéphane, un cobaye dans chaque main, lève les bras au ciel et jette de toutes ses forces les deux animaux dans l'évier ; un reste K.O. dans le sang qui perle de son museau, l'autre pousse des cris stridents de douleur alors que sa colonne vertébrale fait un angle de 90°. Stéphane lance à son acolyte sur un ton moqueur :

- Faudrait les euthanasier à l'éther, les pauvres bêtes souffrent terriblement.

Le lapin gît dans une flaque de sang, l'extrémité de ses pattes secouée par de petits tremblements, le cobaye ne pousse plus que de faibles cris étouffés, son corps disloqué.
Notes :

*.Nous remercions l'auteur de nous avoir autorisés à reproduire quelques extraits de ce livre Samir Mejri, Victimes Silencieuses, 1991. Publié avec le soutien de la fondation Bardot. Disponible pour 110F port compris à l'adresse de l'auteur : 76 pl. des acacias, La Beaucaire, 83200 Toulon. Les titre et sous-titres de l'article sont de la rédaction.

1.Pages 80 à 85, puis page 125.

2.Cla
darkveganvixen
 

Re: civilisation humaniste (article sur la vivisection)

Messagepar IzaBzh » Sam Fév 18, 2012 10:50:07

Humaniste ? :affraid:
Ces gens-là sont dignes des nazis...
Avatar de l’utilisateur
IzaBzh
 
Messages: 67
Inscription: Mer Jan 25, 2012 12:21:40
Localisation: Bourgogne/Paris

Re: civilisation humaniste (article sur la vivisection)

Messagepar tofusalé » Mar Avr 03, 2012 13:56:59

Juste une petite question. J'ai lu le texte et je n'ai pas compris pourquoi le titre du sujet est "civilisation humaniste".
Quelle en est la raison ? Merci d'avance pour la réponse.
tofusalé
 
Messages: 225
Inscription: Ven Mar 26, 2010 02:13:57
Localisation: normandie


Retourner vers Vie animale

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités